Enceinte? Vous avez besoin d'aide? : conseil, test de grossesse, pilule du lendemain, avortement, IVG, adoption.
France

1. La famille

Pour introduire ce chapitre, j’aimerais souligner qu’avant de parler de l’enfant et de sa venue, il est nécessaire de parler de la famille. Elle est le milieu, le nid dans lequel l’enfant fait son arrivée, elle a donc toute son importance. C’est pourquoi il est bon de prendre le temps d’en parler.

L’homme et la femme, à eux seuls, forment le noyau de la famille. Ainsi, les enfants ne complètent pas la famille, ils ne font que l’agrandir. Nous pouvons dès lors affirmer que la plus grande influence que nous exerçons, en tant que parents, sur nos enfants ne sera pas celle d’un père ou d’une mère mais celle d’un époux ou d’une épouse.

Plusieurs parents semblent oublier que lorsque leur enfant arrive dans leur famille, il entre dans une structure sociale déjà établie. Ils agissent parfois comme si le mariage n’était qu’une relation préliminaire à l’établissement de la famille plutôt que de le voir comme une priorité continuelle à travers les années d’éducation des enfants. Le couple, c’est le repère de l’enfant, sa sécurité, ainsi que son modèle pour l’avenir. C’est pourquoi, dès le début, les enfants doivent être des membres bienvenus dans la famille et non son centre.

Il est intéressant de voir que les enfants de 2 ou 3 ans ont un besoin pleinement développé de savoir que la relation entre papa et maman est bonne. S’ils ont des doutes, ils se comporteront souvent de façon à faire réagir les parents, ce qui les aidera à mesurer l’engagement que ceux-ci ont l’un envers l’autre. Il est donc important que la relation conjugale soit vue comme la relation prioritaire de la famille. Si l’ordre établi et les attitudes qui les correspondent sont respectés, toutes les éléments sont présents pour une éducation parentale efficace.

Ainsi, aimer nos enfants, c’est faire de la relation conjugale une priorité. Il est vrai qu’une mère peut passer 12 heures par jour à aimer et à prendre soin de son bébé, mais son rôle d’épouse reste prioritaire. De même, le père peut acheter toutes sortes de jouets et de friandises à ses enfants, sa priorité restera celle de son rôle de mari.

Pour que l’amour et l’harmonie règnent dans la famille, les parents doivent assumer leur rôle de dirigeants. C’est à eux d’instaurer les limites et d’établir l’ordre. Ils sont responsables de l’éducation de leurs enfants, responsables de ce qui leur sera enseigné, responsables de la qualité et de la quantité du temps passé avec eux comme de l’intimité partagée.

En thérapie familiale, par exemple, on s’aperçoit très vite des dysfonctionnements qui s’installent quand les rôles, au sein de la famille, sont inversés, non seulement entre les époux mais aussi entre les générations. La famille a été conçue selon un ordre, et lorsque cet ordre n’est pas respecté nous en subissons les conséquences.

Un aspect de la famille sur lequel il est important de se pencher est la première année de vie d’un enfant. Nous vivons dans une société où tout va très vite, pour la femme en particulier. Après s’être battue pour obtenir certains droits, elle peine à trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie de mère. Et pourtant, le temps que la mère passe avec ses enfants est un élément essentiel dans le processus d’attachement qui se tisse pendant les premiers mois, voire la première année de vie d’un enfant.

La société actuelle, en France, cherche à favoriser la garde des enfants, ce qui est une grande aide pour la femme qui travaille, mais elle ne favorise pas le lien d’attachement, qui se tisse avec le temps, entre la mère et l’enfant. Ce lien se révèlera indispensable à long terme pour la famille, même s’il n’est pas unique, il contribue beaucoup à l’intégration du nouveau paramètre qu’est l’enfant. La mère a besoin de temps pour réaliser qui elle est devenue, pour s’approprier son nouveau rôle et pour apprivoiser son enfant.

Il faut savoir que cette période d’adaptation des premiers mois est très importante non seulement pour la mère mais aussi pour l’enfant. La vie des parents ne sera jamais plus la même car la venue d’un enfant demande une réorganisation des rôles de chacun dans la famille. De même, les conflits non réglés entre nos propres parents et l’enfant que l’on était peuvent resurgissent souvent à ce moment donc il est important d’essayer de les régler et d’en tenir compte pour ne pas répéter les mêmes problématiques d’une génération à l’autre.

On ne dira jamais assez l’importance des premiers temps de vie pour un enfant, tant au niveau psychologique que physique. La preuve en est que des enfants négligés pendant cette période ne pourront que très difficilement retrouver leurs compétences initiales, les dégâts sont quasiment irréversibles.

Le sacrifice (financier ou professionnel) que vous pourrez faire pendant cette période se révèlera certainement bénéfique pour le futur. Le temps passe vite, c’est pourquoi il est bon de s’arrêter un instant et d’y réfléchir. Le seul fait d’allonger à six mois votre congé parental pourrait faire la différence si vous avez un conjoint qui travaille ou alors trouver un travail à temps partiel. Pensez à demander le « Congé Parental d’Éducation »! Il faut savoir en tout cas que vous ne pourrez pas vous engager pleinement dans une carrière professionnelle et contribuer pleinement à l’éducation de vos enfants, l’un se fera forcément au détriment de l’autre!

L’éducation des enfants incombe aux parents et non à la société et pour pouvoir accomplir une telle tâche, il est indispensable de passer du temps avec ses enfants et de les inclure dans nos vies et nos activités. Les françaises sont 70% à penser que le congé parental devrait s’étendre sur une année.

Aborder ce genre de question est essentiel, même s’il nous coûte en réflexion, car l’avenir de la société est en jeu. Les psychologues ne sont plus les seuls à être concernés par ces différents aspects de la vie de l’enfant et de la famille, les sociologues le sont aussi. En effet, ils réalisent que la famille est un pilier de la société et que, naturellement, lorsque celle-ci dysfonctionne, la société est en danger.

Pour conclure, je souhaite mentionner et ne pas oublier ceux qui ne se reconnaissent pas dans le modèle de la famille décrite ci-dessus. Je suis consciente qu’elle n’est pas monnaie courante aujourd’hui et ma compassion va pour ces femmes et ces hommes qui relèvent le challenge d’éduquer seul un enfant. Bravo ! La méthode proposée (ACP) est naturellement accessible à une mère célibataire, elle lui permettra de mieux planifier ses journées, comme de mieux organiser son temps.

Ecrit par

L'auteur n'a ajouté aucune information concernant son profil.
Articles similaires
© Copyright - S2V